JUSTICE LEAGUE des champions

Si vous avez jeté un rapide coup d’œil à ce blog, vous remarquerez que je suis un adorateur des animés DC et encore plus des séries animés de bruce Timm et son équipe. De batman à superman en passant par batman beyond, rien n’est à jeter et tout cet ensemble est surtout le terreau de la plus ambitieuse série animé jamais faite ( oui oui parfaitement).

Ambitieuse la série l’est déjà visuellement où elle conserve le style très épuré qui avait fait le succès de ses prédécesseurs tout en renforçant le coté technique afin de garantir une animation sans faille et un jeu d’ombres/lumières merveilleux.
La ligue des justiciers tire aussi son épingle du jeu en proposant des triples ou doubles épisodes à foison permettant un développement sans précèdent des 7 membres de la ligue, c’est bien simple il n’y a aucun épisode autonome si ce n’est l’épisode spécial de noël.
Abordant une fois encore des thématiques mature tout en flattant subtilement l’ego du fan de comics, la série atteint son apogée à la fin de sa deuxième saison avec un triple épisode remettant en cause nos acquis de spectateurs vis-à-vis d’un des personnages de la série et sa fin aussi tragique qu’injuste.

On entame donc la saison 3 avec le cœur empli de joie et là…Après un générique de merde, on réalise que ce n’est plus la même série, mais la « justice league unlimited ». Se passant quelque temps plus tard, cette série tourne autour de la ligue qui est cette fois composée d’ une quarantaine de membres, dont la plupart ne parleront qu’aux lecteurs aguerri des comics DC.
On change donc non seulement nos héros, mais aussi le rythme de la série puisque les épisodes sont maintenant simple avec des histoires plus abordable, autonomes les unes des autres. On est furieux à la fin de chaque épisode devant tant de simplicité, jurant de trouver le responsable de ce désastre. Et au final, on réalise qu’une fois la machine lancé la série arrive a surmonter son handicap de base ( des héros pas assez connus et des histoires indépendantes) à partir de la saison 4 pour au final livrer des histoires différente (l’épisode « task force x » où l’on suit uniquement les bad guy de la suicide squad) et surtout mettre en place des arcs narratifs ! Chaque épisode peut toujours être vue seul, mais il forme un ensemble cohérent avec les 10 épisodes suivant pour finir sur un épisode final épique! ( par exemple dans un épisode, on voit superman tuer un luthor devenu président, cela servira de trame pour les 5 épisodes suivant créant ainsi une odyssée autour de luthor président et son projet cadmus).
Rajoutons à cela des épisodes expliquant les différentes séries précédente ( « épilogue » et sa fameuse révélation sur Terry McGinnis ) , un humour toujours subtil et très référencé, et un coté all star jouissif et on obtient la série de super héros ultime, et ce malgré l’arrêt assez abrupte de ce chef d’oeuvre.

La ligue des justiciers, c’est une déclaration d’amour à l’animation, au comics, aux enfants petit comme grands, c’est aussi la dernière série d’un cycle démarré en 1992 (le DCAU), la fin d’une aventure épique que personne n’a réussi à égaler. Le genre de saga qui laisse un goût délicieux en bouche, où quand le dernier générique du dernier épisode arrive, on se sent vide et comblé, heureux et triste, ravi et frustré, de dire au revoir à une si vieille connaissance… Le signe des grandes sagas, Le signe des chefs d’œuvre.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s