DC comics et les jeux vidéo.

TABLE DES MATIÈRES

Introduction

I/ 1979-1989 : Entre adaptations limitées et bonnes surprises

A/Superman (1979)

B/Superman The Game (1985)

C/Batman (1986)

D/Superman NES (1987)

E/Batman : The Caped Crusader (1988)

F/Superman arcade (1988)

II/1989-1998 : Bat-mania

A/ 1989 : Superman the man of steel (1989)

B/ nananananananananananananananana Batmaaaaaaaaaan (1989)

C/ Batman Return Of The Joker(1990)

D/ The Flash (1991)

E/ Batman Revenge Of The Joker (1992)

F/ Superman ( Superman the man of steel en europe) (1992)

G/ Swamp Thing (1992)

H/ Batman Returns ( où Batman le défi) (1993)

I/ Batman The animated Series (1993)

J/  The flash(1993)

K/ The Death and Return of Superman (1994)

L/The Adventures of Batman & Robin (1994)

M/ Batman Forever (1995)

N/ Justice League Task Force (1995)

O/Superman by Titus

P/ Batman & Robin (1998)

III/1999-2008 : adaptations ? oui.  inspiration? non!

A/ Superman 64 (1999)

B/Catwoman (1999)

C/Batman Beyond: Return of the Joker (2000)

D/Batman: Gotham City Racer( 2001)

E/Batman:Chaos in Gotham (2001)

F/Batman: Vengeance (2001)

G/Justice league : injustice for all (2002)

H/ Superman : Shadow of Apokolips (2002)

I/Superman : The man of Steel (2002)

J/Superman: Countdown to Apokolips ( 2003)

I/Justice League : Chronicles (2003)

J/Aquaman: Battle for Atlantis (2003)

K/Batman: Rise of Sin Tzu (2003)

L/Batman: Dark Tomorrow (2003)

M/Batman : Justice Unbalanced et Batman : Toxic Chill (2003)

N/Catwoman (2004)

O/Constantine (2005)

P/ Batman Begins (2005)

Q/ Teen titans(2006)

R/Teen titans 2 (2006)

S/Justice league heroes(2006)

T/Superman Returns (2006)

U/Lego Batman: The Videogame (2008)

V/Mortal Kombat vs. DC Universe(2008)

IV/2009-2016 : L’heure du changement?

A/Watchmen: The End Is Nigh (2009)

B/Batman: Arkham Asylum (2009)

C/Justice League: Heroes United (2009)

D/Batman: The Brave and the Bold – The Videogame (2010)

E/DC Universe Online (2011)

F/Green Lantern: Rise of the Manhunters (2011)

G/Batman: Arkham City (2011) + Lockdown

H/Superman HD (2011)

I/Gotham City Impostors (2012)

J/Lego Batman 2: DC Super Heroes (2012)

K/The Dark Knight Rises (2012)

L/Justice League: Earth’s Final Defense (2012)

M/Injustice: Gods Among Us (2013)

N/Man of Steel (2013)

O/Young Justice: Legacy (2013)

P/Scribblenauts Unmasked: A DC Comics Adventure (2013)

Q/Batman: Arkham Origins (2013)

R/Batman arcade (2013)

S/Lego Batman 3: Beyond Gotham (2014)

T/Doodle Jump DC Super Heroes (2014)

U/ Batman & The Flash : Hero Run (2014)

V/Infinite Crisis (2015)

W/Batman: Arkham Knight (2015)

X/Qui vaincra? (2016)

Y/Teeny Titans (2016)

Z/Suicide Squad : Le jeu (2016)

AA/Batman : A Telltale Game Serie (2016)

AB/Batman : Arkham Underworld (2016)

AC/DC Legends (2016)

 

VI/L’avenir (2017-…)

A/Injustice 2 (2017)

B/Wonder Woman Rise of the warrior (2017)

C/Justice League Action Run (2017)

D/Batman: The Enemy Within (2017)

E/DC Super Hero Girls (2017)

VII/ Du coté du non jeu

A/ The Adventures of Batman and Robin Activity Center (1996)

B/Superman Activity Center (1998)

C/Batman: Gotham City Rescue (2005)

D/ Superman : The Greatest hero (2006)

VIII/ En complément.

INTRODUCTION

Créé en 1934, DC comics est aujourd’hui un des principaux acteurs de l’édition de comics grâce à des licences forte comme superman, Batman, la ligue des justiciers, mais aussi Watchmen , 100 Bullets ou encore V pour vendetta !
Afin de capitaliser sur le succès de ses licences, l’entreprise n’hésitera pas à adapter ses licences en feuilleton radiophonique au début des années 40 puis en sérials à partir de 1943. Le premier film de la boite (Superman et les Nains de l’enfer) arrivera lui en 1951. Les adaptations filmiques et télévisuelles iront ensuite de bon train que ce soit pour Superman, Batman , Flash et Wonder Woman, et aujourd’hui, la folie marketing autour du business des super-héros laisse augurer d’un amoncellement de projets en tout genre. Mais plutôt que de parler de toutes ces adaptations ( ça viendra un jour, quand j’aurais réussi à ne dormir qu’une petite heure par nuit) intéressons nous à comment DC a investit le médium vidéo ludique.

Les conditions de test ont été les suivantes :

-Tous les jeux ont été joués au moins une heure ( pour les daubes infâmes). C’est court me direz-vous, mais cela suffit à réaliser si un jeu a du potentiel ( essayez de passer une heure entière sur superman 64 et je vous promets que vous allez revoir votre notion du temps et de son écoulement).

-Si un jeu se révèle un peu intéressant sur quelques points, j’y passe au moins 3 heures pour creuser un peu voir je finis le jeu s’il me plaît particulièrement ( du moins, je me le garde sous le coude).

– Si un jeu s’avère velu d’un point de vue difficulté, je n’hésite pas à tricher comme un sagouin à l’aide de codes en tout genres tout en prenant en compte que la difficulté peut être frustrante ou au contraire gratifiante.

– Si un jeu est multi-plateforme, il est essayé sur toutes les plateformes du moment que la version du jeu change

I/ 1979-1989 : Entre adaptations limitées et bonnes surprises

A/Superman

Tout commence en 1978 avec la sortie d’un film sobrement intitulé « Superman », confortable blockbuster ( 55 000 000 de dollars de budget) qui multiplia par six ses recettes au box-office et ouvrit la voie à des suites assez discutable.
Voyant là une occasion de faire une rentrée d’argent non-négligeable, Atari décida, en 1979, de créer un flipper à l’effigie de l’homme en collant ainsi qu ‘un jeu vidéo.

pinball-topview


Ce dernier, plutôt jolie pour de l’Atari 2600, consiste à voler d’écran en écran afin de sauver les civils et d’emprisonner les sbires de Lex Luthor après que ce dernier ait détruit le pont de Métropolis. Une fois ceci fait, le pont pourra être reconstruit et vous permettra d’arriver ( en tenue de Clark Kent) à la fin du jeu.
Outre sa jouabilité,forcément très daté, le titre souffre de bruitage absolument horrible , d’un manque de clarté assez pénalisant ( se retrouver dans la ville est un calvaire ) et d’une faible durée de vie une fois le jeu bien en main.

B/Superman The Game

En 1985, l’homme d’acier remet le couvert avec « Superman The Game » sur commodore 64. Dans ce jeu notre boy-scout volant doit combattre l’infâme Darkseid. Pour se faire, le joueur se retrouve dans des labyrinthes ou le but est de récupérer assez de cristaux pour pouvoir s’enfuir !
Se développe alors une mécanique plutôt sympa : Superman, tout comme Darkseid peuvent tirer un laser avec le pixel qui leur sert d’œil. Ce laser va rebondir sur des «miroirs» se trouvant à chaque intersection ! Le joueur a possibilité de faire pivoter ses miroirs afin de piéger son ennemi par des rebonds inattendus.
Malheureusement si cette mécanique a un intérêt en multijoueur, contre l’intelligence artificielle cela résulte en affrontements mous, sans intérêt et surtout super long. Heureusement pour nous sortir de la torpeur un mini jeu, différent à chaque fois et superbement réalisé s’intercale entre les niveaux classiques.
Au final, on enchaîne les niveaux uniquement pour ces intermèdes de qualité qui ne permettent toutefois pas de relever un jeu assez médiocre en solo bien qu’assez réussi sur le plan technique. À deux joueurs en revanche, le jeu se révèle plutôt plaisant !
La version ZX Spectrum, bien que plus laide, conserve toutes les mécaniques de jeu. Il faut, en revanche, éviter les versions Commodore 16 plus/4 et BBC micro qui ne contiennent pas les minis jeux.

C/Batman

Un an plus tard, soit en 1986, le chevalier noir se laisse enfin manipulé dans un jeu sobrement intitulé « Batman ». Sorti sur Amstrad ( PCX et CPC) MSX et ZX Spectrum, le jeu nous accueille avec le générique tonitruant de la réjouissante série des années 60.
Le principe est simple, vous dirigez un Batman bizarrement proportionné dans un labyrinthe de salle en 3D isométrique afin de retrouver les pièces du Batwing. Au fur et à mesure de vos avancées, vous débloquerez des améliorations ( saut, bouclier, etc.) afin de pouvoir évoluer plus facilement, mais aussi d’accéder à des endroits auparavant inaccessibles.
Plutôt bien réalisé, disposant d’options pour moduler le niveau de bruitage ( plutôt bon mais rapidement prise de tête) et laissant un sentiment de découverte permanente, ce Batman aurait pu être un incontournable avec une petite histoire ou au moins une fin digne de ce nom.
Il reste néanmoins un jeu tout a fait recommandable.

D/Superman NES

Nous sommes en 1987 et déjà, un autre jeu Superman débarque sur NES pour la sortie de superman 4 au cinéma. Intitulé « Superman » ( pourquoi faire compliqué) et se basant sur les deux premiers films de la quadrilogie, c’est un jeu d’aventure assez classique.
On dirige un Superman miniature qui doit sauver Métropolis de Lex Luthor et de criminels kryptonien : tout un programme !
Malheureusement, le jeu est une purge affreuse, la faute à un Gameplay soporifique en plus d’être flottant, une direction artistique absolument désastreuse et des choix douteux de game design ( les personnages qui appellent à l’aide cette plaie). Un bien bel étron en somme, mais pas le plus mauvais jeu superman existant.

E/Batman : The Caped Crusader

En 1988, deux jeux verront le jour. Tout d’abord « Batman : The Caped Crusader » qui est sorti sur à peu près tout les micro-ordinateurs de l’époque (Amiga, Amstrad CPC, Atari ST, Commodore 64, Apple II, MS-DOS, ZX Spectrum).
Utilisant un style comic book assez sympa et des graphismes de qualité ( sur Amiga du moins, les versions Amstrad et ZX Spectrum étant bien moins belle) le jeu pèche par sa difficulté frustrante et son manque d’explication.
En résulte une expérience décevante où on passe plus de temps à pester contre le jeu qu’à réellement s’amuser. De plus, les deux parties du jeu sont assez peu différentes malgré des vilains différents ( le joker pour l’une et le Pingouin pour l’autre)  c’est dommage, car le jeu avait vraiment du potentiel et quelques mécaniques intéressantes.

F/Superman arcade

Heureusement qu’un jeu superman arrive sur borne d’arcade à cette même époque pour relever le niveau ! Beau comme un camion, ce sympathique beat them all aux décors variés prend vraiment tout son sens à deux joueurs.
Cela n’enlève rien à la répétitivité du titre, ni, a son Gameplay un peu trop simpliste, mais cela permet de relativiser la difficulté du titre (arcade oblige). On passe donc un agréable moment durant l’heure nécessaire à boucler le jeu bien que l’on n’aurait pas craché sur un peu plus de diversité dans les ennemis et les phases de shoot !

II/1989-1998 : Bat-mania

A/ Superman the man of steel (1989)

Quoi de mieux que de démarrer un chapitre sur la Bat-mania par un jeu superman ? En 1989, donc, soit deux ans après la sortie du quatrième volet cinématographique du boy-scout bleu ( et après le « Infinite crisis » des comics) et en plein pendant la diffusion de la série Superboy, Tynesoft et Capstone ont la bonne idée de nous pondre un « Superman The man of steel » sur quasiment toutes les machines de l’époque (Commodore 64, ZX Spectrum, MSX, Amiga, Atari ST).

On est ici face à un jeu en 8 ( ou 7 selon les versions) chapitres qui combinent 3 Gameplay différents :

Des phases de vol en simili 3D

– Des phases d’action à pieds en vue de coté

– Des phases de shoot en scrolling vertical.

Le problème, c’est que, outre sa répétitivité exacerbée, le jeu est ennuyeux. Les phases de vol sont aussi mollassonne que les scènes à pied, le Gameplay est assez imprécis et encore une fois l’histoire n’est qu’un prétexte.

Néanmoins, les graphismes sont assez sublimes sur les versions 16 bit et le style comic book de l’ensemble est loin d’être déplaisant. Un jeu mineur et oubliable, mais qui fait des efforts…Sur 16 bits uniquement, car les versions cpc64 ou Acorn Electron sont vraiment en deçà graphiquement et en terme de confort de jeu

B/ nananananananananananananananana Batmaaaaaaaaaan (1989)

En cet an de grâce 1989, le film Batman de Tim Burton arrive dans nos salles obscures et déclenche une batmania sans précédent. De ce fait, le film fut adapté en jeux vidéo sur pas moins de 10 machines différentes.
On peut néanmoins regrouper toutes ses versions en 5 catégories :

La version Micro ordinateur ( Amiga, Amstrad CPC, Atari ST, Commodore 64, MS-DOS, ZX Spectrum) qui est un melting pot un peu raté de plusieurs Gameplay ( conduite, plateforme, action, puzzle). Le jeu est loin d’être moche, mais manque cruellement d’ambiance et ne propose aucun Gameplay vraiment bon à force de les multiplier. Pas de quoi à hurler au scandale toutefois, mais pas de quoi à péter sa tirelire non plus.

-La version NES qui est un célèbre et excellent platformer si on excepte sa palette de couleur vraiment terne et sa difficulté en dents de scie. Autrement, c’est du tout bon, Batman répond au doigt et à l’œil, les musiques sont chouettes, les décors plutôt varié bien que peu marquant et le level design est réussi.

La version Megadrive , plus fidèle au film et avec de sublimes cinématiques, mais malheureusement plus mollassonne que la dynamique version NES. Graphiquement plus jolie que la version Nintendo, le titre souffre aussi de ses musiques peu marquantes.

-La version Game Boy qui est un run & gun punchy et sympathique, mais pas révolutionnaire ( et puis il faut bien avouer que voir Batman courir en tirant sur tout le monde avec un flingue ca fait un peu bizarre). Son seul vrai défaut , outre la répétitivité propre au genre, est son système de saut hyper flottant et donc pénalisant lors des phases de plateforme.

-La version Arcade, esthétiquement laide, souffrante d’une maniabilité poussive et de musiques répétitives, cette version se permet même le luxe d’être ennuyeuse à deux joueurs : la pire adaptation du long-métrage, et de loin.

C/ Batman return of the joker(1990)

Pour cette nouvelle adaptation sur NES, Sunsoft abandonne totalement le film pour donner une adaptation plus proche du comics. En résulte une atmosphère sombre et magnifique, des graphismes assez détaillés et des musiques de folie. La grosse différence avec les précédentes itérations du chevalier noir est qu’ici sa seule attaque au corps-à-corps est une glissade. Pour le reste, il faudra tirer avec les nombreux types de projectiles ramassés sur les niveaux. Nerveux et beau, le titre se complaît quand même un peu dans une difficulté un poil abusée. Un grand jeu néanmoins.

D/ The Flash (1991)

En 1990, une série télévisée sur Flash fait son apparition sur nos tubes cathodiques. Aujourd’hui assez kitsche mais toujours sympathique, cette série a connu une adaptation vidéo ludique sur Game Boy. Très jolie pour de la Game Boy , le jeu souffre d’un Gameplay bancale. Vous êtes le Flash et donc vous allez vite, très vite, trop vite pour la caméra qui n’arrive pas à suivre. On parcourt donc le jeu à l’allure d’une Renault 5 alors qu’on dispose d’une Ferrari. C’est dommage tant le jeu est réussi sur d’autres points ( graphismes, destruction d’éléments du décor, animations). Un coup dans l’eau donc.

E/ Batman revenge of the Joker (1992)

Vous vous souvenez de Batman Return Of The Joker ? Et bien en 1992 un remake de ce jeu débarque sur Megadrive . Graphismes améliorés, animations magnifiques, possibilité de charger chaque attaque : un bien beau remake en somme si on oublie les bruitages plus stridents que la version NES et les bruitages souvent trop strident.
Sur console de salon, le jeu était aussi prévu sur Super NES, mais fut annulé. Un prototype est trouvable en ligne, mais il est frustrant au possible du fait de son manque de finition

Return of the Joker aura le droit à une adaptation Game Boy la même année. Oubliez les armes, ici Batman se bat avec ses petits poing musclés et dispose d’un grappin pour se sortir de niveaux alliant baston et plateforme. C’est chouette, c’est joli , c’est bien dur, mais c’est quand même bien moins bien que les versions console de salon.


F/ Superman ( Superman the man of steel en europe) (1992)

Énième adaptation de l’homme d’acier qui à cela de particulier que les 3 versions du jeu sont mauvaises.

-Sur Master System tout d’abord le jeu est agréable visuellement et c’est à peu près sa seule qualité. Le Gameplay est une purge où superman va trop vite pour éviter quoi que ce soit, les hitbox sont à la ramasse, les niveaux ennuyant, la musique oubliable, bref, c’est bien naze.

-Sur Game Gear, c‘est la même chose et en plus moche.

La version Mega Drive est quant à elle un peu plus raisonnable puisque superman ne vole plus à toute allure, mais marche et donne des petits coup de poing vengeur dans tous les ennemis qui lui passent sous la main. Le problème, c’est que ce n’est fun à aucun moment. Les ennemis sont tous similaires, les décors vide et le feed-back des coups inexistant. Alors oui, c’est jouable, mais ça reste bien faiblard.

 

G/ Swamp Thing (1992)

Swamp Thing ( ou la créature du marais) est un personnage de bande dessinée qui a vu le jour dans les années 70 grâce à Len Wein et Berni Wrightson et qui gagnera en profondeur lorsque Alan Moore s’y attela.
De ce personnage, il y aura 2 films et deux séries dont une animée entre 1990 et 1991. C’est de cette dernière que s’inspira les jeux vidéo sur NES et Game Boy.

La version NES démarre par une intro bien sympathique re situant le personnage et on découvre par la suite que nous sommes ( encore) dans un plateformer basique. On avance, on saute et on tape ( ou on lance des objets point barre. Il suffit de quelques minutes pour commencer à s’ennuyer sec devant si peu d’inventivité. Non-content d’être ennuyeux, ce chef d’œuvre de THQ est, en plus, assez pauvre graphiquement et souffre d’une musique tout bonnement insupportable.

-Mais tout ceci est splendide par rapport à la version Game Boy qui est laide comme un poux, ennuyante au possible, mal calibré et qui possède surtout un Gameplay partant d’une bonne idée ( chaque tir vous enlève un peu de vie) mais tellement mal adapté au level design qu’il en devient frustrant.

H/ Batman Returns ( où Batman le défi) (1993)

Durant l’été 1992, Warner Bros continue de battre le fer quand il est chaud et nous livre un Batman Returns assez fantastique avec l’aide de Burton ( qui n’était pas emballé par le projet à la base) : sombre, bien écrit et bien joué, il remporta 266 millions de dollars à travers le monde et donc des adaptations ludiques virent le jour :

Sur Amiga, le jeu est un action/platformer en 2D plutôt agréable à l’œil et jouant beaucoup sur le gigantisme des éléments en arrière-plan. Il souffre malheureusement d’un Gameplay aussi lamentable que les hitbox et de musiques franchement insupportable.

Sur la Lynx d’Atari, l’adaptation est aussi très moyenne bien que graphiquement assez réussi. On est ici face à un action platformer sans nuances et sans punch qui jouit d’une maniabilité bien naze et de musiques abominables.

La version P.C/DOS est quant à elle un très joli jeu d’aventure qui souffre d’une répétitivité sévère et d’un manque de liberté frustrant ( on ne combat pas de façon directe, on ne pilote pas la Batmobile, etc). C’est encore bancal, mais au moins ça innove.

Sur NES, on est proche d’un Double Dragon dans la façon d’interagir avec les ennemis. On avance, on castagne deux trois types puis on répète ça avec différents ennemis dans différents niveaux. Le jeu est assez terne et propose peu d’interaction avec le décor. De plus, la palette de coup est franchement limitée et on peine à retrouver l’ambiance du film.

Sur Master system, une fois encore, c’est un action platformer. Néanmoins, le jeu est joli , jouable, et doté d’un grappin qui permet de donner de la verticalité aux niveaux ! Il n’en demeure pas moins extrêmement dur puisqu’un coup vous fait perdre une vie et que votre pauvre batou n’en possède que 3.


On lui préférera donc la version Game Gear qui est un peu moins belle quoique plus coloré, mais qui surtout donne une barre de vie plus conséquente au chevalier noir et dispose même d’option en plus ( Comme régler la puissance et la distance des lancers de Batarang. Notez que dans les deux jeux, vous avez le choix entre deux niveaux différents ( un facile et un plus complexe) à chaque changement de décor.

 

-Sur Mega Drive , la plateforme est toujours de mise dans décors tantôt jolie, tantôt immonde, Batman est bien animé et dispose d’une bonne palette de coups, mais la gestion du grappin est une véritable purge tant ce dernier est rigide.


La version Mega CD est, peu ou prou, identique si ce n’est qu’elle rajoute des courses bien naze de Batmobile en simili 3D et des artworks oubliable.

-Enfin, la version SNES est pour moi la plus réussie. Toujours sous la forme d’un Beat Them All, Batman se tatane avec des ennemis variés dans des décors franchement splendide et interactifs. C’est nerveux, efficace et très fun malgré l’absence d’un mode deux joueurs.

 

I/ Batman The Animated Series (1993)

Je ne le dirais jamais assez, mais Bruce Timm est un dieu parmi les dieux du fait de sa participation aux meilleurs séries animée du monde dont une de 1992 sur Batman. Forcement devant le succès de la chose Konami a sentit un bon plan et tente une adaptation tout d’abord sur Game Boy. Miracle, c’est hyper réussi ! Outre le fabuleux générique de la série, ici refait en 8bit et noir et blanc, le titre profite de graphismes sublime et d’un Gameplay aux petits oignons à base de plateforme, de tatane, de combats de boss superbes et d’explorations. Par contre attention à la difficulté, 3 vies, 3 continue et c’est tout.

J/  The flash(1993)

Nouvelle adaptation de la série télévisée, The flash sur Master System fait une bien plus belle performance que son homologue Game Boy sorti deux ans avant. Déjà, le titre est splendide pour de la Master System, ensuite le jeu et d’une fluidité sans faille et ultra nerveux. Enfin le chrono dans chaque niveau provoque un sentiment d’urgence loin d’être déplaisant. Cependant au vu de la rapidité du titre, il vaut mieux avoir des réflexes de fou furieux pour espérer s’en sortir. Flash ne disposant que de 3 points de vie, on meurt bêtement a force de ne pas voir arriver les obstacles et on se prend à rêver qu’un système d’anneaux à la Sonic viennent sauver tout ca. Le jeu n’est pas déplaisant pour autant, juste frustrant.

K/ The Death and Return of Superman (1994)

Développé par Blizzard ( oui oui ) sur SNES et Mega Drive ce Beat Them All graphiquement splendide se base sur le comics « La mort de superman ». Il vaut d’ailleurs mieux l’avoir lu afin de comprendre l’histoire du titre. Le Gameplay est efficace et assez varié, la musique est chouette mais la répétitivité inhérente au genre ( et le manque d’un mode deux joueurs) font que le jeu n’est pas adapté à de longues cessions de jeu.

L/The Adventures of Batman & Robin (1994)

Après le changement de titre de la série de 1992, Konami réitère l’exploit de la version Game Boy et réadapte avec brio la série animée de Bruce Timm sur 4 versions différentes :

La version SNES est un jeu de plateforme/action graphiquement incroyable. Non-content de reprendre tous les visuels de la série, le titre se décompose en épisodes avec à chaque fois un carton introductif ( comme pour les épisodes télévisés américains) et offre des animations fluides et variées. La palette de gadget du chevalier noir est, quant à elle, bien fournie et seule l’absence d’un mode deux joueurs et la difficulté parfois mal dosée viennent ternir le tableau. Le titre reste un grand jeu toutefois.

Pour la Mega Drive, changement de programme puisque le jeu s’apparente plus à un shooter à pied. On incarne soit Batman soit Robin dans des niveaux truffés d’ennemis que l’on devra dézinguer à grands coups d’armes en tous genre. Sympathique, mais beaucoup trop dur en solo, le titre s’avère vraiment plaisant en multi et est donc une alternative tout à fait recommandable à la version SNES malgré des graphismes moins fin.

-Sur Game Gear le jeu est nettement moins ambitieux puisqu’il s’agit d’un platformer avec un champ de vision trop court pour apercevoir les ennemis, frustrant mais très jolie, cette version fait un peu de peine par rapport aux versions précédente.

La version Méga CD n’est qu’un bête jeu de course laid et inintéressant. Le jeu est pourtant captivant lorsque on lâche la manette puisqu’il est un épisode de Batman la série animée ( inédit et conçu spécialement pour la machine) entrecoupé de phases de jeu,on appelle d’ailleurs ce jeu l’épisode perdue. Préférez regarder cet épisode entier sur internet plutôt que de vous farcir ce jeu plus que moyen cependant.

 

M/ Batman Forever (1995)

Tim Burton étant parti sur d’autres projets, c’est à Joel Schumacher que revint la tache de réaliser Batman Forever. Film boursouflé et eu intéressant, il engrangea néanmoins pléthores de dollars et d’adaptations.

Sur Mega Drive, SNES et PC le jeu est un Beat Them All d’une mollesse sans nom et graphiquement hyper laid ( les héros digitalisés vieillissant très mal). De plus, la surabondance de décor au premier plan met à mal la lisibilité de l’action se déroulant derrière. Un bien piètre jeu qui est quand même un peu plus beau et sans long temps de chargement sur PC.

Sur Game Gear le constat est encore plus catastrophique avec des graphismes affreux et une pauvreté de Gameplay affligeante. Le jeu est sous morphine, la musique criarde, le design ignoble, la palette de coups ridicule, les niveaux vide… Bref, c’est une merde.

La version Game Boy est strictement similaire à la précédente. On pardonne donc plus volontiers les graphismes même si ça reste très laid pour de la Game Boy. Autrement, tous les autres défauts sont bien présents.hqdefault

La version arcade, sortie en 1996 ( adapté plus tard sur PC, Saturn et PlayStation) est, quant à elle, visuellement ignoble, mais bénéficie au moins d’un peu de nervosité une fois la manette en main. Je dis un peu parce que ça reste bien moins punchy que n’importe quelle Beat Them All sorti 10 ans avant. Le mode deux joueurs est appréciable histoire de partager le calvaire, mais n’enlève rien à l’ennui de la chose. Batman Forever est donc un mauvais film avec des mauvaises adaptations.

N/ Justice League Task Force (1995)

Développé par Blizzard ( oui oui encore) Justice League Task Force est un jeu de Versus Fighting mettant en scène 6 héros de la ligue et 3 méchants. Plutôt joli et scénarisé ( assez mal d’ailleurs) le jeu souffre d’animations moyenne et surtout d’une comparaison avec d’autres jeux de baston bien plus nerveux ( coucou Street Fighter 2). Il reste néanmoins un plaisir coupable fort agréable pour qui n’est pas un furieux de Versus Fighting.

O/Superman by Titus

Je vous vois venir avec vos « Mais non Le Superman 64 produit par Titus c’est de 1999 » sauf que l’éditeur en question avec déjà commis un bien sale méfait sur le garçon jeu de Nintendo deux ans avant en profitant du succès de la série animée de 1996. Contrairement aux adaptation de la précédente création de Bruce Timm, il n’y a rien à sauver dans ce titre: c’est moche, plat, perclus de bug, inintéressant, sans aucune animation et avec des musiques désastreuses. Un bien piètre jeu qui reste dans mon cœur le pire affront jamais fait à la création de Jerry Siegel et Joe Shuster.
Le pire dans tout ça est que la série animée est d’excellente qualité et aurait gagné à être adapté de façon convenable comme son ainé de Gotham.


P/ Batman & Robin (1998)

Schumasher visiblement content de son méfait précédent persistera à livrer une nouvelle adaptation de la chauve souris ce qui aboutira au désastre que l’on connaît tous.
S’en suivra une longue pause sans film Batman ainsi que deux adaptations :

-Sur Playstation, le jeu est un jeu d’exploration action plateforme en 3D et autant le dire de suite, il est catastrophique. Moche mal animée, buggé jusqu’au trognon et avec un Sound Design de l’enfer, il peut être joué pour la blague, mais uniquement pour cette raison.

Sur Game.Com le jeu est plutôt jolie, mais d’une lenteur à toute épreuve et avec un Gameplay simpliste et ennuyeux. Il reste moins mauvais que la version Playstation.24591

III/1999-2008 : adaptations ? oui.  inspiration? non!

A/ Superman 64 (1999)

Que dire qui n’a pas été dit sur ce chef d’œuvre de médiocrité ? Peut-être qu’il s’inspire de la série animée comme son ancêtre de Titus et qu’il reste plus « ambitieux » ( les guillemets ont leurs importances)que la version Game Boy. A part ça vous connaissez la musique, c’est laid, pas maniable pour un sous, sans histoire et pleins de bug. Une purge qui gagne un peu en qualité s’il est comparé à la version Game Boy… Mais vraiment un peu.

B/Catwoman (1999)

Quelques années avant la désastreuse adaptation filmique de Pitof Catwoman débarque sur nos petits écrans couleur de Game Boy. La jaquette montre clairement une inspiration comics et augure donc d’un jeu plutôt intéressant. Que nenni, mon bon monsieur, le jeu est assez médiocre. Commençons par les points positifs quand même en citant des graphismes plutôt honnêtes et des animations assez incroyables ( sur le personnage de catwoman uniquement).  

Pour le reste, le jeu combine exploration plateforme et action avec un brio contestable. Tout d’abord, le personnage va trop vite par rapport à la caméra et frustre le joueur qui se mange tout ce qui passe.
Ensuite, notre féline, bien que disposant de plusieurs animations juste pour la frime, est incapable de s’accrocher a des plateformes à moins d’être pile en dessous. Si c’était pardonnable pour prince of persia, en 1999, on fait un peu la grimace. Enfin les niveaux sont plats, mal désigné et avec des pics de difficulté en plein milieu. Finissons sur les ralentissements dont souffre régulièrement le jeu et sur les musiques absolument insupportable et vous aurez compris que Catwoman est un jeu à fuir.

 

C/Batman Beyond: Return of the Joker (2000)

En 2000, et alors que « Batman : la relève » est diffusé sur nos tubes cathodiques, un film se déroulant dans l’univers de la série est produit. Hyper sombre et violent pour un film pour enfants, il sera remonté pour obtenir une classification acceptable. Les jeux vidéo adapté du film étant déjà en production, on peut s’attendre à des jeux bien sombres et ultras dynamiques…

– Sur Nintendo 64 Le jeu est un beat them all en vue de coté. Si techniquement le jeu est vide et moche, il fait au moins l’effort de conserver l’esthétique du long-métrage. En terme de sensation de jeu, c’est la catastrophe, tout est lent et mou, on ne ressent aucun impact, les bruitages sont ridicules et surtout, on s’ennuie sec à parcourir des couloirs qui se ressemblent tous.

De plus, l’histoire est racontée via des images fixes tirées du long-métrage qui sont complétées avec des textes lapidaires, et des dialogues (ingame) non doublés entre les personnages. Pour ce qui est du côté sombre du film, je le cherche encore.

 

-Sur Game Boy, le jeu est encore plus mou, plus laid, plus court et avec encore moins d’ambiance.

D/Batman: Gotham City Racer( 2001)

Continuons cet étonnant voyage dans les daubes des années 2000 avec cette nouvelle adaptation de la série animée. S’appuyant sur plusieurs épisodes de cette dernière, le jeu est au final un bête jeu de courses pas hyper maniable, assez laid, mais esthétiquement fidèle au ciel rougeoyant de Gotham.

Le manque de sensation aura quand même raison des plus patients d’entre vous, soyez en sûr. De plus si vous avez déjà regardé la série, les cutscenes n’ont aucun intérêt si ce n’est de revoir des bouts d’épisodes avec une compression de l’enfer. Batman: Gotham City Racer c’est au final « The Adventures of Batman & Robin » version Mega CD, en moins ambitieux et 6 ans après, tristesse.

 

E/Batman:Chaos in Gotham (2001)

Entre 2000 et 2001, Ubisoft publiera pas moins de 4 jeux différents prenant appui sur une série animé Batman et parmi ces jeux les deux cités précedement sont qualitativement bien faiblard. Batman:chaos in Gotham change la donne en proposant enfin une bonne alternative aux fans des versions de Konami.

Beau comme un camion et disposant de thèmes entêtant ( dans le bon sens du terme), ce platformer action dispose d’un gameplay aux petits oignons. On court, saute, rebondit, le tout sans aucun souci de maniabilité.

De plus, le jeu est animé de façon fabuleuse en multipliant des animations tirées tout droit de la série et les boss d’anthologie. Les plus pointilleux pourront râler sur le manque de renouveau des systèmes de jeu ( malgré une phase de conduite assez moyenne) mais c’est un bien maigre défaut devant tant de qualités.

F/Batman: Vengeance (2001)

Il aura fallu attendre 2001 et Batman Vengeance pour voir émerger un jeu Batman réellement ambitieux d’un point de vue scénaristique. Techniquement solide, le jeu se parcourt comme un film interactif entrecoupé de séquences de gameplay. Allant de l’infiltration à l’action pure le jeu est extrêmement varié et dispose de plus d’excellents doublages ( par Kevin Conroy, Mark Hamill etc).

Si le passage en vue FPS n’est pas d’une praticité incroyable force est de constater que le jeu se parcourt avec un plaisir non feint et alterne les rebondissements bien dosé à l’aide de cinématiques qui feront plaisir aux fans… S’il souffre aujourd’hui de la comparaison avec les jeux de Rocksteady, Batman Vengeance n’en est pas moins un terreau d’idées généreux et plein d’envie.

Sur Game Boy Advance, le jeu est bien plus limité puisqu’il s’agit encore d’un platformer sans trop d’âme . 43399-Batman_Vengeance_(U)(Venom)-5

G/Justice league : injustice for all (2002)

Basé sur la série, la ligue des justiciers, ce jeu d’action en 2D en reprend l’esthétique. On y incarne tour à tour plusieurs personnages de la ligue dans des niveaux assez peu intéressant bien que plaisant visuellement. De plus, le manque de différences entre les personnages et les musiques assez ridicule font de ce jeu une adaptation sans ambitions.

H/ Superman : Shadow of Apokolips (2002)

Après Superman 64, il fallait du courage pour oser une nouvelle adaptation de la série animée superman. Le courage visiblement Atari et Infogrames n’en manquaient pas, pour ce qui est du talent en revanche… Le jeu nous accueille avec une bien jolie cinématique et des graphismes très fidèles à la série ( bien que le cell shading fasse un peu cache misère). On est donc ravi à l’idée de prendre la manette en main et c’est là que ça se gatte : tout d’abord, la caméra est automatique et se coince dans à peu près tout ce qui bouge quand elle ne fait pas n’importe quoi.

Ensuite, les missions sont répétitives au possible : messieurs les développeurs aller d’un point a à un point b le tout de façon chronométré n’est pas passionnant. Enfin le sentiment de liberté est mis à mal par un manque de vie dans la ville. Un nouveau coup d’épée dans l’eau qui évite néanmoins le déshonneur de l’époque Titus.

I/Superman : The man of Steel (2002)

Toujours édité par Atari, mais inspiré des comics cette fois, Superman : The Man of Steel n’en est pas moins médiocre. Déjà, les graphismes, pour de la Xbox, sont bien faiblards. La maniabilité est une horreur, les ennemis sont moches, le jeu est ultra répétitif, les bruitages sont honteux, le doublage amateur. Et pour couronner le tout, l’histoire est quasi inexistante. Bref, le jeu est bien plus mauvais que Shadow of Apokolips, c’est dire sa qualité.

J/Superman: Countdown to Apokolips ( 2003)

Prequel du jeu de 2002, Countdown to Apokolips se joue avec une vue en 3D isométrique. Superman a une grande panoplie de coups ( sauter, courir, voler, taper, tirer des lasers, souffler, etc) et les graphismes sont fort sympathiques. La répétitivité absolument indéniable du titre l’empêche pourtant d’être un bon jeu.

I/Justice League : Chronicles (2003)

Pour cette nouvelle adaptation de la série animée éponyme, on a droit à un jeu d’action vue du haut aux graphismes chatoyant. Les personnages ont enfin des aptitudes différentes, les niveaux sont assez vastes et les animations de toutes beautés. Pour ce qui est des reproches, citons la possibilité de jouer uniquement avec des binômes imposés et une faible durée de vie ( 3 actes de 45 minutes environ). Un jeu sympatoche donc.

J/Aquaman: Battle for Atlantis (2003)

Adapter Aquaman est une tache difficile du fait que le personnage évolue majoritairement dans l’eau, et que, comme tout le monde le sait, les niveaux aquatique de 99 % des jeux sont bien naze. Heureusement, Aquaman n’est pas mauvais, il est tout simplement ignoble. Le jeu vous fait enchaîner des objectifs Fed Ex et des combats peu passionnant dans des décors vide. Pas bien beau, pas bien maniable, pas bien amusant, pas bien scénarisé, pas bien du tout quoi. Mention spéciale pour les cinématiques minables !

K/Batman: Rise of Sin Tzu (2003)

Sequel de Batman : vengeance, ce jeu introduit un nouveau personnage (crée par Jim Lee) dans l’univers animé Batman : le bien nommé Sin Tzu. Le jeu a tellement bien marché que l’on n’entendra plus jamais parler de ce personnage.

Si l’ambition narrative est appréciable ( un web comics et un roman sont paru sur le personnage en même temps que le jeu), on a quand même l’amère impression que le jeu est une régression d’un point de vue ludique par rapport à son ainé. Ici, on avance, on tape des ennemis, on sauve des groupes d’otages en temps limité, on améliore son personnage et point. Le titre reste graphiquement acceptable néanmoins et est même assez sympathique à deux joueurs.


La version Game Boy Advance, assume quant à elle pleinement son manque d’ambition en proposant un beat them all 2D sympathique mais ultra linéaire. batman-rise-of-sin-tzu-usa-en-fr-es



L/Batman: Dark Tomorrow (2003)

Des mauvais jeux dans l’industrie vidéo ludique, il y en a eu et il y en aura plein, mais ici, c ‘est un peu différent. Le jeu n’est pas fondamentalement malhonnête, il n’est plutôt pas vilain sur la forme et essaye de fournir un fond convenable. Malheureusement tout est raté, l’infiltration est infaisable, la caméra est en roue libre, le gameplay ultra rigide et on s’énerve devant tant d’erreur de level design. Un jeu catastrophique donc, qui aurait pu se transformer en jeu tout à fait honnête sous l’égide d’un développeur talentueux.

M/Batman : Justice Unbalanced et Batman : Toxic Chill (2003)

Sous ces noms incongrus se cachent deux point & click assez minimaliste ou il faut enchaîner 3/4 mini jeux afin de pouvoir décoder des phrases permettant d’arrêter le vilain de l’histoire ( Double Face ou Mister Freeze). Très court et disposant d’un design qui a pris un coup de vieux, les deux jeux restent sympathiques pour des jeunes enfants. Pour des adultes en revanche, aucun intérêt.

N/Catwoman (2004)

Oh une mauvaise adaptation d’un mauvais film : chouette !

Tout commence plutôt bien sûr console de salon puisque le jeu, à défaut d’éclater la rétine, est vraiment jolie, et ce, malgré l’esthétique particulièrement dégeulasse du film ! Manette en main les problèmes de jouabilité et de caméra s’accumulent tant et si bien qu’on ne s’amuse pas du tout. Il suffit de 2 minutes manette en main pour avoir envie de devenir éleveur d’Alpaga.

Sur Game Boy Advance, le titre est en vue isométrique et est nettement plus maniable. Il n’est pas bon pour autant, la faute à une représentation dans l’espace bien ardue et à la fâcheuse tendance de l’héroïne à s’accrocher à n’importe quels murs qui passent à sa portée. Le scénario dans les deux versions est risible bien entendu. 

hqdefault

O/Constantine (2005)

Je dois bien le confesser, j’ai bien aimé le film Constantine bien que je lui reconnaisse un manque d’ambition évident. J’étais donc plutôt curieux de voir ce que l’adaptation vidéo ludique allait donner.

Comme Catwoman, le jeu rate le coche et n’est qu’un banal jeu à la troisième personne où l’on vous demandera d’enchaîner des missions ultra simpliste, tout en vous retenant de ne pas tout casser du fait de la maniabilité médiocre. Si l’ambiance du film est bien présente et les cinématiques réussies, le jeu reste trop terne et, au final, bien trop sage pour mériter votre attention.

P/ Batman Begins (2005)

Christopher Nolan, divise encore aujourd’hui les fans du chevalier noir avec sa trilogie. Il faut dire que passer apres Burton ( et Schumacher) n’était pas chose aisé. Étant plutôt conquis par Batman Begins le film (Qui repompe énormément le comics Batman : Year One) j’ai apprécié le jeu pour ce qu’il était. Une adaptation bête et méchante, bien jolie et linéaire. Que ce soit dans l’infiltration, la plateforme ou l’action, le titre n’invente rien, mais propose une maniabilité et des sensations correctes. Pas de quoi à crier au chef d’œuvre, mais pas de quoi à parler de bouse non plus.

Sur GBA le titre est un énième beat them all 2D soporifique et assez laid.

Q/ Teen titans(2006)

Dans ce beat them all inspiré de la série éponyme, vous pouvez jouer chacun des titans afin de botter un maximum d’arrière-train dans des décors plutôt vide. Les combos s’enchaînent bien et l’ambiance de la série est la. En revanche en solo, on s’ennuie ferme au bout de deux heures tant le titre est répétitif. En multi, le jeu est nettement plus recommandable pour occuper une après-midi pluvieuse.

La version GBA est un platformer action en 2D faisant la part belle aux changements de personnages. Un poil terne graphiquement, mais très bien animé et offrant des niveaux variés( à défaut de variété chez les ennemis), cette version se trouve être assez distrayante.

R/Teen titans 2 (2006)

À sortir deux jeux en un an, on perd forcément en qualité. Ici, on perd le switch de personnage ( la mécanique la plus intéressante du 1) pour jouer plusieurs niveaux avec un personnage puis plusieurs avec un autre au bon vouloir des développeurs. Le jeu reste agréable, mais bien moins que son ainé.

S/Justice league heroes(2006)

Reprenant le coté beat them all en équipe de teen titans ( lui même inspiré de X-Men Legends et Marvel Ultimate Alliance) , Justice league heroes y rajoute un coté hack n slash bien sympathique. Le jeu est nerveux,joli et assez profond pour un hack n slash console. Malheureusement, le peu de personnages jouable et la répétitivité inhérente au genre font que la ballade passe bien mieux à deux joueurs.


-Sur DS, le jeu est une honte sans nom… Moche, sans profondeur ni mode deux joueurs, fuyez pauvres fous.

s29093_nds_4
Une version GBA est aussi sortie et est centrée uniquement sur le personnage de Flash. C’est un beat them all distrayant une poignée d’heures, mais pas hyper original. WayForward ( le développeur) se rattrapera 4 ans plus tard comme nous le verront, d’ici, quelques lignes.

T/Superman Returns (2006)

Lorsque sorti le film de Singer, nombreux furent les cinéphiles à avoir pleuré à chaudes larmes devant tant de médiocrité. Pour le jeu, 3 versions existent :

-Sur Xbox 360 on se retrouve avec un jeu d’action à la troisième personne super laid ( même pour le début de vie de la machine) pas maniable et d’une pauvreté ludique à faire pâlir un génocide. La version Playstation 2 est similaire en tout point mais est tellement plus laide qu’elle mérite le coup d’oeil ( pas trop longtemps histoire de pas finir aveugle) juste pour la blague.

-Sur Nintendo DS, le jeu est encore plus mauvais puisqu’il nous fait alterner des missions de sauvetage de civils dans une ville visuellement infâme et des combats mollassons en QTE . C’est lamentable du début à la fin tant est si bien qu’on se surprend à apprécier les bruitages, seule chose à sauver de ce jeu puant.

-Sur GBA (Superman Returns: Fortress of Solitude) on retrouve toute la force et l’action de l’homme d’acier dans un dérivé de … Sudoku. Ça serait risible si cette version n’était pas la meilleure des 3. Les mécaniques sont malines, et bien que le jeu soit graphiquement sans ambition, on se divertit un peu. Les phases de shoot en revanche sont, au mieux, moyennes, au pire gênantes.

U/Lego Batman: The Videogame (2008)

Conforté par le succès de Lego Star Wars et Indiana Jones, Traveller’s Tales décida d’adapter les aventures de Batou en mode briques. Le résultat, à défaut de surprendre quiconque a déjà touché à un jeu Lego, s’avère extrêmement plaisant et retranscrit très bien l’ambiance des différents films. Simple dans sa prise en main et généreux avec les completistes c’est le titre parfait pour initier un grand-oncle ou un enfant aux jeux vidéo. On est donc face à un divertissement tout à fait honnête qui devient encore meilleur accompagné.

La version DS perd ce coté Multijoueur plug & play ( elle garde un mode multi à deux consoles) mais ne démérite pas que ce soit d’un point de vue contenu ou graphique. On cherche encore l’utilité du deuxième écran cependant.


La version PSP est sans doute la moins intéressante du lot puisque le mode deux joueurs n’existe tout simplement pas.


-La version mobile est un platformer/action en 2D assez quelconque qui ne mérite pas forcément toute votre attention mais qui occupera sans trop de soucis un affreux trajet en train. À noter qu’une version
Mega Drive inspiré du jeu mobile est sorti en Russie.

V/Mortal Kombat vs. DC Universe(2008)

Croiser Mortal Kombat et l’univers DC avait tout d’un fantasme geek ultime. Malheureusement, le jeu est assez laid en plus d’être terne et souffre d’un gameplay ultra vieillissant ! En effet, à part deux ou trois subtilités, il est identique, et même moins profond que Mortal Kombat: Deadly Alliance sortit en 2002. Et n’essayez pas de vous raccrocher aux fatalités, elles sont, pour la plupart, ultras décevantes. Le seul point positif du titre est son mode solo scénarisé, mal scénarisé certes, mais l’effort est louable.

 

IV/2009-2016 : L’heure du changement?

A/Watchmen: The End Is Nigh (2009)

Watchmen, Comics fabuleux par Alan Moore et Dave Gibbons fut adapté au cinéma en 2009 sous l’égide de Zack Snyder. Le film, bien que réussi, se contenta d’adapter le comics à la case près sans chercher à y ajouter quelques choses. Le jeu, lui, prend le pari audacieux de narrer une époque située avant le film. Le problème, c’est que, outre l’histoire assez mal racontée par des cinématiques vaguement animées, le gameplay est d’une lourdeur sans nom. On avance en vue à la troisième personne, on martelle une touche pour taper ce qui bouge, on esquive de temps en temps et c’est tout. La dynamicité toute relative du jeu ne peut en plus pas compenser ce gameplay simpliste. Le mode deux joueurs peut permettre de prendre un peu de plaisir sous l’effet de violent psychotropes et encore…

Si vous voulez savoir ce qu’il s’est passé avant Watchmen lisez Before Watchmen , ca vous coûteras certes plus cher, mais au moins la qualité est au rendez vous.

B/Batman: Arkham Asylum (2009)

Avec les évolutions techniques et l’arrivée des consoles « next gen » ( à savoir la PS3 et la Xbox 360), les fans de comics attendaient fébrilement un vrai jeu qui bouleverserait les codes. Ce jeu, il arriva en 2009 sous la direction de Rocksteady. Beau à en pleurer ( pour l’époque) et ultra dynamique, le jeu n’invente rien si ce n’est un système de combat aujourd’hui réutilisé à foison. Pourtant en faisant d’Arkham Asylum un metroidvania en 3D, les développeurs forcent les joueurs à se plonger dans l’univers sombre et tortueux de Gotham. Les doublages sont parfaits, le scénario tient la route et les séquences d’hallucination resteront à jamais dans la mémoire de nombreux joueurs. Un grand jeu tout simplement.

C/Justice League: Heroes United (2009)

N’ayant pu toucher à ce jeu d’arcade qui n’a jamais vu le jour en France, je me garderais de donner un avis. Sachez juste que graphiquement ce beat them all en 3D est en cell shading ( pour sans doute masquer le désert technique du moteur) et qu’il se fait tailler en pièces sur internet.

D/Batman: The Brave and the Bold – The Videogame (2010)

Batman the brave and the bold ( ou l’alliance des héros dans la langue de Molière) est une série d’animation fabuleuse et extrêmement drôle. On y suit un Batman prétentieux qui à chaque épisode fait alliance avec un autre héros de DC comics. Très stylisée d’un point de vue graphique, la série contentera petits et grands, je vous le garantis.

Pour ce qui est de l’adaptation, c’est à Wayforward qu’est revenu la lourde tâche de réconcilier petits et grands derrière leurs manettes… Et le pari est réussi.

-Sur Wii, le jeu est similaire à la série graphiquement et dispose d’animations fluides et variées. Ensuite, le mode deux joueurs sur wii permet de jouer en toute décontraction avec n’importe qui grâce à un système de drop in/drop out. Enfin le jeu dose parfaitement les phases de plateformes et d’actions ce qui ne laisse pas le temps de s’amuser. On pourra néanmoins regretter le coté RPG sous exploité ainsi que la possibilité de ne contrôler que Batman ou Robin pendant les premières heures de jeu.

-Sur DS le jeu est en pixel art, ce qui lui confère un cachet visuel assez réussi. Il est, comme la version Wii, un platformer/action mais se démarque par quelques subtilités. Déjà le joueur peut alterner entre Batman et un autre héros spécifique au niveau dans lequel il se trouve. Ensuite, la sélection des niveaux est libre ce qui permet de varier les plaisirs. Pour finir le mode, deux joueurs sur la même console est, bien entendu, absent ce qui est le seul défaut de cette version avec l’écran tactile sous exploité. Les deux versions sont néanmoins excellentes, et même complémentaires.

E/DC Universe Online (2011)

Je ne vais pas vous le cacher, je n’aime pas les MMO, le système de jeu est souvent trop mou pour moi et l’histoire bien trop inintéressante. Cependant ne reculant devant rien, j’ai testé le MMO selon DC, et j’en suis plutôt satisfait. Disponible en free to play, le jeu à le bon goût de vous laisser jouer plusieurs heures avant de vous titiller la carte bleue. De plus, le système de combat ultra bourrin couplé à un système de déplacement vivace permet de ressentir la puissance de son héros. Et même si le jeu n’est pas très beau et que les histoires sont assez médiocre, il faut attaquer au moins une fois dans sa vie la base de Brainiac entouré de 4 autres joueurs vociférant dans leurs micros pour comprendre l’intensité du jeu.

F/Green Lantern: Rise of the Manhunters (2011)

Le film green lantern est exécrable, c’est un fait, mais qu’en est-il de son adaptation ?
-Sur PS3/360 le jeu est un beat them all à la god of war qui s’en tire plutôt honorablement techniquement et manette en main. Il ne révolutionne rien, mais offre une expérience agréable durant quelques heures, surtout en coop.


-Sur wii le jeu est un platformer/action en 2,5D fort laid est hyper poussif dans ses mécanismes même si il fait l’effort de proposer une histoire inédit. green-lantern-la-revolte-des-manhunters-wii-1312212824-003


-Sur DS/3DS les jeux sont similaire à la version Wii mais se paient le luxe d’être encore plus moche.

green-lantern-la-revolte-des-manhunters-nintendo-ds-1312291292-002

G/Batman: Arkham City (2011) + Lockdown

Le deuxième album chez les musiciens est un moment toujours délicat ou le dosage entre fan service est innovation doit être étudié sous peine de décevoir. Pour les jeux, c’est la même chose et le deuxième Batman de rocksteady était attendue comme le messie. Gardant son système de combat pêchue et proposant des graphismes somptueux, le jeu se diffère de son ainé de par l’utilisation d’un monde ouvert. Le point positif, c’est que l’aventure se trouve à chaque coin de rue et que l’exploration est récompensée. En contrepartie, la narration est ultra diluée et risque d’en perdre plus d’un.

Concernant les dlc sachez qu’un chapitre supplémentaire intitulé Harley Quinn se venge a été mis en vente. Nous mettant dans les pas de Robin, il est plus qu’oubliable, assez buggué et met de coté tout l’aspect open world du titre. Un petit verre de rosé pamplemousse après une bouteille d’un grand cru, ca pique.

La version mobile ( lockdown) est sans grandes ambitions et se contente de vous faire enchaîner des combats sans rajouter assez de subtilités pour rester éveillé bien longtemps. NFGbatman.png

H/Superman HD (2011)

Sortie sur Ipad , cette itération de Superman en 2D offrait des sensations de vol et de liberté plaisante, mais souffrait de sa répétitivité. Il n’en demeurait pas moins sympathique. Malheureusement, il est aujourd’hui retiré de la vente.

I/Gotham City Impostors (2012)

Totalement déconseillé lorsqu’il était payant, ce FPS multijoueur est nettement plus recommandable aujourd’hui grâce à son modèle gratuit équilibré.

Dans la peau de fan de batou ou du Joker, vous vous fritterez à grand coups d’armes grotesques et de patins à roulettes.

Stable en ligne et assez dynamique, le titre n’offre pourtant aucune plus value face à ses concurrents ( Team Fortress 2 par exemple) et n’exploite pas du tout l’univers dans lequel il se déroule. Le FPS d’une après midi.

J/Lego Batman 2: DC Super Heroes (2012)

Toujours fidèle à elle-même , la franchise Lego accouche d’une suite aux aventures du Batman.

-Sur consoles de salon et Pc le jeu offre des graphismes réussi et renouvelle la formule grâce à la possibilité d’un écran splitté et un open world plutôt intéressant.

-Les versions Consoles portables ( DS/3DS/Vita) o sont-elles aussi plutôt réussi mais ne proposent pas d’open world en préférant une aventure plus classique et linéaire. Dommage

K/The Dark Knight Rises (2012)

Adaptation mobile du film de Nolan, ce jeu est oubliable bien que graphiquement réussi. La faute à un gameplay mou et imprécis couplé à un scénario forcément prévisible.

L/Justice League: Earth’s Final Defense (2012)

Nouvelle itération sur l’IPad d’Apple et nouveau jeu éphémère puisqu’il n’est aujourd’hui plus disponible à la vente. Il était pourtant assez joli ce beat them all vue du haut malgré ses mécanismes de free to play vous obligeant à farmer comme un goret.

M/Injustice: Gods Among Us (2013)

Enfin un jeu de baston Dc comics qui arrive à succéder à la version de blizzard de 1995 !! Doté d’un scénario long et plutôt intéressant ainsi que d’une tripotée de mode de jeux, injustice réussit à concilier un gameplay spectaculaire à l’écran et une certaine finesse de jeu. Le décor se détruit sous nos yeux alors que les coups s’enchaînent, la tension monte et les coups finaux tous plus débile les uns que les autres rappellent qu’au final jouer en compétitif à injustice n’est peut-être pas la meilleure idée du monde. Au rayon des reproches, on notera un petit abus de dlc sur console et surtout une direction artistique catastrophique.

On déconseillera cependant la version vita qui reste bien faiblarde graphiquement.Injustice-Ultimate-Vita-Screenshot-04

L’adaptation mobile du titre reste tout à fait recommandable puisqu’elle vous fait collectionner des cartes de héros qui s’affronteront ensuite. Simpliste et répétitif, le jeu se prête bien à des courtes sessions et permet de découvrir certains héros inconnu du grand public.Screenshot_2013-12-03-14-44-10

N/Man of Steel (2013)

Encore un jeu mobile pour l’homme d’acier qui se retrouve ici dans un jeu de combat mou et ennuyeux. Pas de phases de vol, pas de shoot nan, ici, vous enchaînez les bastons, vous améliorez votre boy-scout et vous repartez au combat. Si cette redondance avait pu s’expliquer sur un free to play, elle reste inacceptable sur un jeu payant.nexusae0_513

O/Young Justice: Legacy (2013)

Young justice est, à l’origine, une série animée de qualité ne comptant que deux saisons. Entre les deux une ellipse est fait et c’est précisément cette ellipse qui sera joué dans ce beat them all en équipe. Techniquement faiblard et disposant d’un gameplay générique au possible, le jeu arrive à sauver les meubles grâce à son multijoueur local ( deux joueurs seulement) et son scénario qui ravira les fans.

Par contre fuyez la version 3DS qui a un horrible système de combat au tour par tour

P/Scribblenauts Unmasked: A DC Comics Adventure (2013)

Scribblenauts est un jeu de plateforme dans lequel vous êtes invité à écrire pour créer ou modifier des éléments de jeu. Cette déclinaison dans l’univers de DC n’a pas grande valeur ajouté, mais fait correctement le travail. Pour les plus jeunes, le jeu se révèle tout à fait divertissant, pour les autres un passage du jeu en anglais ou une autre langue permettra d’apprendre un peu de vocabulaire et de le manipuler.

Q/Batman: Arkham Origins (2013)

Nouvelle itération de la série Arkham, mais cette fois sans rocksteady au commande. En résulte un jeu classique qui calque un peu trop Arkham City, mais qui surnage grâce à une séquence somptueuse avec le joker et une ambiance neigeuse absolument délicieuse. Notons aussi l’apparition d’un mode multi qui, à défaut de bouleverser le genre, apporte un peu de fraîcheur.

Au rayon des DLC, une histoire avec Mr Freeze intitulé Coeur de Glace existe et est totalement recommandable bien qu’ultra linéaire. Changeant l’ambiance de la série et disposant d’un scénario efficace bien que classique cette friandise bénéficie surtout d’un début et d’une fin assez marquante.

-Sur vita et 3DS un jeu appelé Arkham Origins Blackgate voit le jour et se retrouve être un metroidvania en 2,5D. Pas folichon techniquement et surtout bien trop pourvu en allez retour, le jeu est oubliable et ce n’est pas le semblant d »histoire qui me fera dire le contraire.

– Sur mobile, le jeu reprend le système d’injustice, mais adapté à un héros unique, Batman. C’est, du coup, bien plus emmerdant, mais c’est gratuit si l’envie de vous endormir sur votre téléphone vous intéresse.gsmarena_001

R/Batman arcade (2013)

Encore une borne d’arcade américaine uniquement à laquelle je n’ai pas joué. Sachez juste qu’il s’agit d’un jeu de voiture qui semble plutôt jolie et dynamique.

S/Lego Batman 3: Beyond Gotham (2014)

Pour ce troisième volet Traveller’s Tales dit adieu à l’open world et propose un jeu graphiquement réussi qui ne révolutionne pas la série, mais permet de passer un très bon moment entouré de plusieurs héros de la ligue des justiciers, tant et si bien qu’on se demande parfois si le titre de batman n’est pas mensonger.

Une nouvelle fois, les versions portables font le travail, mais commencent pour le coup à accuser un sérieux retard par rapport aux versions console de salon.

T/Doodle Jump DC Super Heroes (2014)

Skin du bien connu Doodle jump, cette version n’apporte pas grand-chose de neuf et se contente du strict minimum.doodle-jump-dc-super-heroes-strategy-guides-ios-android

U/ Batman & The Flash : Hero Run (2014)

Qui avait envie d’un runner confrontant Batman et Flash ? Personne visiblement, pas même les développeurs qui se contente du strict minimum sans rien ajouter. Le jeu est aujourd’hui absent du playstore . 6

V/Infinite Crisis (2015)

Qui avait envie d’un moba DC ? Personne visiblement et surtout pas les joueurs qui, trop peu nombreux, conduiront à la fermeture du jeu. En l’état, le jeu était un moba classique proposant une palanquée de héros, mais ne se différenciait pas assez de la concurrence.

W/Batman: Arkham Knight (2015)

L’ultime volet de la trilogie Rocksteady est magnifique,c’est un fait. Jamais planer au milieu de Gotham n ‘a été si plaisant et le scénario, bien que prévisible multiplie les références aux comics pour le plus grand plaisir des fans. En revanche, la seule vraie innovation est la Batmobile et c’est là que le bat blesse : conduire le dit véhicule est rigolo 5 minutes, mais à force d’en imposer son utilisation le jeu se révèle parfois frustrant.

Au final, on sort quand même avec le sourire de cet ultime épisode qui fait de Gotham un personnage à part entière.
Notez que la version PC est connue comme étant assez mal optimisé.

Pour ce qui est des DLC le titre souffle chaud et le froid avec une histoire pas bien passionnante sur Batgirl (en famille) et 5 nouvelles missions chacune centrée sur un vilain (most wanted) qui pour le coup sont plutôt bien agréable. En sus, vous aurez droit à des nouvelles courses de voiture inspiré des films et séries sur le chevalier nouvelles arènes.

X/Qui vaincra? (2016)

Vous vous souvenez du runner Flash et Batman ? Et bien s’il a disparu, c’est peut être pour laisser la place à celui-ci, inspiré par le film Batman vs Superman. Autant vous dire qu’on est loin d’y gagner au change tant le jeu semble être resté à des mécaniques d’un autre age. unnamed

Y/ Teeny Titans (2016)

Teen titan go est une série d’animation qui divise. Hilarante pour les uns, stupides pour les autres, elle rapporte tout de même un bon paquet de billets à cartoon network qui décida donc de l’adapter sur mobile.

Vendu à moins de 4 euros, le titre est un rpg en monde ouvert qui vous fait collectionner et combatte les quelque 70 figurines disponible. Chacune d’elle represente un héros de la série et dispose de compétences propre. Sublime d’un point de vue visuel et assez profond dans son gameplay le titre ravira les fans du dessin animé. Il vaut mieux avoir un certain penchant pour la collectionite pour succomber aux sirènes de la carte bleu toutefois.

teeny_tiatns1

Z/ Suicide Squad : Le jeu

Adaptation du médiocre film sorti récemment, suicide squad est un FPS sur mobile. Techniquement solide, il souffre toutefois d’une patte artistique similaire au film ( et donc sans âme) et d’une repetetivité insupportable. À essayer à l’occasion, mais pas de quoi à fouetter un chat.

 

AA/ Batman: A Telltale Games Series (2016)

Jeu épisodique par Telltale, Batman n’a pour le moment qu’un épisode 1. Il s’agit d’une introduction plutôt efficace à un nouvel univers, mais la formule des créateurs de Walking Dead commence à s’essouffler. On suit donc cet épisode plus pour son histoire que pour son gameplay. La fin assez prenante rattrape un début un peu poussif et quelques modifications assez majeures ( le pingouin par exemple) sont appréciables. Trop tôt pour crier au scandale ou au génie donc.

AB/Batman : Arkham Underworld (2016)

Jeu de gestion uniquement sorti sur iphone et android , ce dérivé de la grande saga arkham est particulièrement décevant. Moche,répétitif et sous exploitant totalement un univers pourtant sympathique, il ne doit son salut qu’à sa gratuité ( assez relative au bout de quelques heures) . Tournez les talons, il y a bien mieux ailleurs.
nBNYqNn

AC/DC Legends (2016)

Toujours sur smartphone, DC legends est un jeu de combat « tactique » permettant de choisir entre pleins de héros pour pouvoir affronter des vagues d’ennemis sans âme.

Tellement pauvre d’un point de vue réflexion qu’il propose des combats automatiques, le soft n’a pour lui que des graphismes honnêtes et une belle galerie de personnages.

Aucun intérêt cependant sauf si vous aimez voir les jeux jouer à votre place.

 

VI/ L’avenir (2017-….)

A/Injustice 2 (2017)

Quelques années (4 pour être précis) après le premier opus, NetherRealm remet le couvert pour un deuxième volet de son jeu de baston. Plus beau, plus correct d’un point de vu design (tout en étant assez contestable) et encore plus débile, le jeu semble être une suite loin d’être indigne. Faute de ps4 ou Xbox one je n’ai malheureusement pu y jouer. Une version PC, tout juste annoncée, devrait réparer ce manquement d’ici peu.

En revanche, une adaptation mobile tourne tout à fait correctement sur mon smartphone.

Bien joli et blindé de contenu, le jeu est agréable à voir et entendre, mais beaucoup trop basique d’un point de vue gameplay. Les fans seront néanmoins content de retrouver des dizaines de personnages haut en couleur et un mode scénario avec de bien jolies cinématiques.

Bien sans plus en somme.

image

 

 

B/Wonder Woman Rise of the warrior (2017)

Quoi de mieux pour accompagner la sortie d’un blockbuster qu’une adaptation ambitieuse en jeu video ? Un runner en pixel art ont répondu les grands pontes de Warner.

Tout en pixel art (assez joli d’ailleurs) , le jeu se joue vu de dessus et offre trois actions, taper, défendre et ramasser.

Assez prenant, le jeu a un énorme défaut, celui d’être uniquement sur PC alors qu’une adaptation sur smartphone avec un leaderboard aurait pu en faire un bon jeu de toilette

ww

 

 

C/Justice League Action Run (2017)

Énième runner de ce dossier. JLA a pour lui l’univers de la très bonne série télé dont il est adapté.

Répétitif et mal optimisé, il ne vous occupera pas bien longtemps sans vous lasser.

Saluons tout de même l’effort d’avoir mis des épisodes et des comics dans l’application qui vous feront peut être relancer l’app… Dommage que ce ne soit pas pour le jeu.

 

D/Batman: The Enemy Within (2017)

Deuxième saison pour le jeu de Telltale. Pas grand chose au rayon des nouveautés dans ce premier épisode si ce n’est une optimisation enfin honnête.

Toujours bien écrit et assez bien doublé ( la voix de Batman est peut-être un peu rocailleuse), le jeu livre une intrigue assez intéressante à défaut d’être passionnante. À voir pour la suite donc.

 

E/DC Super Hero Girls (2017)

Quelques minis jeux sur smartphone enrobé dans un univers de série girly aurait de quoi à faire froid dans le dos.

Pour autant, l’appli est parfaitement adapté à des tout petit tant il est mignon et comporte du contenu annexe ( épisodes, coloriage, etc.)

Si vous avez plus de 10 ans, fuyez pauvres fous.

VII/ Du coté du non jeu

Sous ce titre quelque peu provocateur se cachent des titres à visée plus ou moins éducative. Si je me garderais bien d’emmètre un jugement sur la façon d’apprendre par ces jeux, je peux au moins vous dire qu’ils sont bien médiocre d’un point de vue de joueur. Par acquis de conscience, j’ai pourtant décidé de les ranger à part, dans un entre deux à mis chemin du cahier d’école et de la console de jeux.

A/ The Adventures of Batman and Robin Activity Center (1996)

Se basant sur l’excellente série éponyme, The Adventures of Batman and Robin Activity Center nous accueil avec une introduction faite d’écrans fixe qui, ne nous voilons pas la face, font vraiment cheap. Ceci mit à part, le soft propose une poignée de mini jeux allant du memory au bon vieux puzzle des familles. Si dans les point n click de 2004 le gameplay était aussi simpliste, il y avait au moins un semblant de progression, d’histoire. Ici rien de tout ca et on enchaîne les mini jeux sans aucun enthousiasme. Seuls les éléments éloignés du jeu vidéo classique, comme le dessin, apportent un peu de fraîcheur. À noter que le jeu est parfois dénommé « Batman Activity Center »

hqdefault

B/Superman Activity Center (1998)

Plus peaufiné que son ainé et proposant un mode libre ( qui vous laisse le choix des activités) et un mode histoire, cette déclinaison d’activity center se révèle un poil plus agréable que celle du chevalier noir. Ce poil est néanmoins assez fin puisque le jeu se trouve être assez paresseux dans les choix de mini jeu et dans l’ambiance qu’il dégage.s

C/Batman: Gotham City Rescue (2005)

Sorti sur V smile et inspiré sur la série animée « The Batman » qui était multi diffusé à cette époque, ce jeu éducatif est un retour en arrière de 15 ans d’un point de vue graphique. Peu détaillé, mal animé et doté d’une bande son cheap en diable, le jeu se permet d’être bien plus laid que Batman Returns sur Super NES par exemple. En terme de gameplay, le jeu comporte plusieurs phases : une phase de voiture molle, une phase de shoot en simili 3d, une phase de labyrinthe en 3D isométrique et une en plateforme 2D. Autant dire que le jeu ne vaut que pour sa portée éducative tant en tant que jeux vidéo, il fait de la peine. Et encore, je ne suis pas sure que des séances de mots croisés et de reconnaissance de figure 3D transposées en 2D aide grandement un moment à se développer. L’histoire est quasi inexistante au passage.

D/ Superman : The Greatest hero (2006)

Graphiquement lais bien que plus réussi que le jeu précédent, Superman : The Greatest hero nous fait enchaîner des phases de plateforme, de vol en vue du dessus, de labyrinthe en 3D iso sans jamais se soucier de sa redondance. Dommage, car le jeu propose des scènes presque convaincantes mais malheureusement plombées par une technique ( et un budget) à la ramasse.

 

VII/ En complément.

Pour commencer citons Mr Meeea et sa série de vidéos sur Batman (ici) en jeux vidéo et celle superman (). Drôle, pertinent et bourré d’informations et d’anecdote, on tient clairement un complément formidable à ce dossier. N’hésitez pas à visionner toutes ses vidéos, la qualité est à chaque fois au rendez vous.

Ensuite courrez vous procurer le numéro 17 de JV qui s’attarde sur les relations entre les super-héros et le jeu vidéo. Et dites vous bien que tous les numéros sont de qualités ce qui mérite bien un abonnement.

Si vous ne savez pas quoi faire le dimanche après midi, sachez qu’Akwartz ( ancien journaliste de Gamekult) stream des tas de jeux à partir de 14h ( c’est ici que ça se passe). On y parle régulièrement de comics dans une bonne humeur communicative. Sa chaîne YouTube est pleine à craquer de contenus et vaut le coup d’œil

Enfin pour finir, allez lire la critique de force rose sur Batman un long halloween. C’est grâce à ce texte que je suis tombé un peu amoureux de Batman et donc que cet article existe. Le podcast ZQSD (dont elle est une des membres) est un des meilleurs podcasts sur le jeu vidéo, soyez prévenu.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s