Syndrome HBO (saison 1)

« Docteur , docteur, on a un problème avec le patient True detective!
-Ah bon ? Et pourquoi donc ? C’est plutôt un patient modèle non ?

-Oui en effet, il arrive à dépasser sans trop de soucis tous ses homologues avec des duo policiers grâce à des acteurs absolument formidable qui frôle à chaque fois le sur-jeu sans pour autant sombrer dans ce travers!

-Laissez moi deviner, c’est le scénario qui pèche ?
-Non plus ! L’histoire est très prenante, sans twist prévisible, et même sans twist du tout et parvient à distiller une atmosphère pesante grâce à la Louisiane qui lui sert de décor.

-La mise en scène est responsable alors ?
-Encore perdu, d’un point de vue visuelle la série est inattaquable ! Les plans sont sublimes les mouvements de caméra variés, la réalisation s’adapte aux situations en variant les approches et il y a un plan-séquence absolument magistral à la fin de l’épisode 4. De plus, si la colorimétrie un peu jaunâtre de l’ensemble fait penser à un filtre Instagram, l’ambiance est telle qu’on l’oubli assez rapidement !

-Le générique craint du Boudin ? -il est sublime au contraire, très james bond dans l’ésprit et doté d’une bande son fort agréable.

-Mortecouille!! Mais quel est donc le problème ?
-Le syndrome HBO…
-Diantre, le même symptôme que Game of Thrones, Rome ou Deadwood… Il se caractérise par une prétention sans limite, c’est bien cela ?

-Oui… Dans le cas du patient True Détective, il entraîne une surabondance de dialogues Abscons qui ne sont la juste pour donner un cachet mature à la série. Il entraîne aussi un certain nombre de scènes à la limite du voyeurisme où de sublimes naïades se retrouvent dénudées. Cela se révèle même être gênant lorsque, vers la fin de la série, un couple « normal » copule, mais n’est pas montré… Pas assez beau sans doute. Le patient est d’une subtilité rare en temps normal, mais dès qu’il montre son statut de série mature, c’est la dégringolade.

-Ce symptôme atteint il les facultés du patient ?
– Non cela reste une maladie bénigne, mais quand on tient un cas comme celui-ci, on aimerait que de telles bêtises ne lui arrivent pas.
-J’en prends bonne note et je fonce vers un autre patient, Marseille de la famille Netflix… Et il a l’air bien mal en point! »

Publicités

3 réflexions sur “Syndrome HBO (saison 1)

  1. Je partage pas nécessairement ton avis, mais ton article est très original, très sympa à lire ! 🙂
    Sinon, je suis d’accord sur le fait que la 2ème saison n’est pas à la hauteur… Elle vaut quand même le coup d’être vue !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s