La qualité est ailleurs?

Tu du du du du duuuuuuuuuuuuuu, quoi ? Vous ne reconnaissez pas ce générique qui a marqué des générations entière? Bon, je vous l’accorde, il est difficile de deviner qu’il s’agissait du sifflement de X-Files mais j’ai fait de mon mieux.

Crée en 1993 par Chris Carter et comptant aujourd’hui pas moins de 208 épisodes sans compter les deux séries parallèle , deux jeu vidéos et une palanquée de comics. Plus de 20 ans après et grâce à une brocante des plus chanceuses je me suis enfin mis à ce « monument » télévisuel, suffisamment pour pouvoir débriefer une première saison pleine de surprises.

Le postulat de base est simple, nous suivons les aventures de Fox Mulder, agent au FBI et farouche défenseur de nombreuses théories paranormales, contraint de faire équipe avec Diana Scully, elle aussi agent mais beaucoup plus sceptique sur le paranormal. La première force du show se situe dans ce duo qui fonctionne à la perfection et qui est interprété par un David Duchovny en grande fore et une Gillian Anderson qui rattrape son surjeu du début de saison par un sens de l’émotion assez impressionnant.

L’autre grande force de cette saison un est de varier les situations, tant et si bien qu’aucun sentiment de redite ne se fait sentir, et ce, malgré un pilote bien plus faible que les épisodes suivant. On navigue entre complot technologique, base en arctique, foret lugubre, décor urbain glauque au possible et campagne paisible sans que jamais la crédibilité des situations ne soit prise en défaut.
Techniquement encore solide aujourd’hui grâce à une mise en scène simple mais efficace, la série à le bon goût de ne pas abuser des effets spéciaux, qui, quand ils sont là, rappelle que le quart de siècle des aventures de Mulder et Scully.

Coté scénario, si la série parvient à garder des épisodes tous différents, elle peine un peu à maintenir un intérêt sur le long terme la faute à des questions qui ne trouvent quasi jamais de réponse. Et si, sur la fin de la saison, tout s’accélère afin de créer un suspense global, on peine un peu à trouver du liant entres les 24 épisodes si ce n’est un complotisme de tout instant absolument savoureux.

Élégante variée et surprenante, cette saison un s’achève sur un cliffhanger qui obligera toute personne censée à se ruer sur la suite pour voir si effectivement la vérité est ailleurs.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s