The Batman Bricks Again

En l’an de grâce 2014, un petit miracle se produit dans le milieu du cinéma d’animation. Ce miracle s’appelle la grande aventure LEGO et est un film à la fois malin, drôle beau et surtout au-delà de la simple publicité pour la marque à la brique.
Le succès ne se fit pas attendre et les salles furent vite inondés de jeunes bambins, mais aussi d’adultes fans du célèbre jeu de construction et d’animation.
Trois ans après on prennent les mêmes et on recommence avec un film cette fois centré autour du personnage de Batman, personnage qui était apparu en tant que second couteau dans la grande aventure LEGO.

Techniquement, le film est impeccable, fluide, impressionnant et grisant pour n’importe quel humain ayant déjà tenu entre les mains une boite de la célèbre marque danoise. On notera toutefois un filtre jaunâtre qui pourra en déstabiliser certains, mais rien de bien méchant.

Pourtant, le scénario peine à renouveler l’exploit de 2014 et se contente d’être celui d’un film de super-héros classique malgré une multiplication de dialogues à double lecture et de foisonnantes références pop.
Cependant cet écueil est bien mineure pour un fan du chevalier noir. En effet les références abondent dans tous les sens, à tel point que l’on sort de la salle avec l’envie de passer le film au ralenti afin d’observer toutes les versions de la batmobiles, des costumes, des méchants et j’en passe… Un bonheur certain qui risque malheureusement d’échapper aux spectateurs étrangers à l’univers DC comics.

Le personnage de Batman, fidèle à sa précédente apparition est orgueilleux, imbus de lui même, puéril et mégalo, en bref, il ressemble en tout point au Batman de « Brave & Bold » et cela offre un véritable bol d’air frais dans un monde ou l’homme chauve souris a tendance à être d’un sentencieux parfois agaçant.
Concernant la version Française il y a à boire et à manger : Stephane Bern et Natoo s’en sortent tout deux excellemment bien alors que Griezmann repousse les limites de la nullité avec un manque de talent indécent. On regrettera aussi la musique finale non traduite qui paraît bien ridicule par rapport au célébrissime « tout est super génial ».

Au finale Lego Batman est un film qui divisera de par son parti-pris sans compromis. Les étrangers à l’univers Batman risquent de rester sur le carreau devant un film qui ne parvient jamais à surpasser son prédécesseur et se révèle même un peu paresseux sur son aspect scénaristique. Les autres auront devant eux le meilleur Batman depuis The Dark Knight : un film sincère fait par des fans pour des fans dans l’unique but de chanter tous en cœur nanananananananananananana BATMAAAAAAAAAAAN .

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s